jeudi 15 avril, 7 h 15, -4°

Larges nuages tabulaires arasés en partie haute par un vent de nord-ouest. La masse nuageuse crée un thermique ascendant et prend au levant, la forme d’une traîne/spirale éclaboussée de fleurs cotonneuses jaunes.
9 h, sur la route en surplomb du Tiers-Lieu la Quincaillerie, j’observe dans le ciel au-dessus des platanes, les figures acrobatiques. Envols et virées en piqué des deux corbeaux de la veille. Ballet aérien seul ou à deux, qui délivre toute leur souplesse de vol et une maîtrise aérienne étonnante.
Déjeuner : salade de pissenlits servie tiède et chocolat Milka, la vache mauve du Valais.


Jaune


Rue pasteur où nous logeons, si la chambre de Sylvain est bleue, la mienne est la chambre mauve.
Agréable visite de l’artiste Jean Bonichon.
18 h, vent de nord. Sous un ciel de rencontre je pars à la recherche d’un lieu abrité. Choisis le Jardin botanique attenant au musée que je n’ai pas encore visité.
Le jardin est vide.
L’arboretum à lui seul récompense ma curiosité. Planté dans une situation légèrement en pente, il accueille des conifères d’une taille imposante et d’une prestance impérieuse.
Sur une pelouse piquée de violettes au pied d’un séquoia, je dispose un carré/base délimité de 4 piquets.
Assis le dos droit, menton légèrement rentré, genoux fichés, diaphragme bas.
Le souffle du vent dans les cimes est une merveille. Un écureuil m’observe, puis disparaît prestement dans les méandres d’écorce souple du séquoia.


Mauve


L’assise est mon fil d’Ariane,
le carré mon tapis volant,
mon nuage mauve.

Thomas Lanfranchi
Cube de nuages
, Guéret

un projet soutenu par le réseau ASTRE
arts plastiques & visuels en Nouvelle-Aquitaine