samedi 10 avril 7 h 45, 6°

Ciel bas dans une mer subtile de gris et de blanc, rehaussée à terre par le jaune pétard de plusieurs champs de colza. Extrême ouest, formation nuageuse lenticulaire fluide en deçà d’énormes piscines inversées baignées de lumière.
Lessive à la main, linge mis à sécher sur une corde tendue à travers la chambre. Thé noir Lord Nelson triste vainqueur de Trafalgar Square.
Remarque que la couette du lit a comme impression sur un fond de limbes/dentelle, trois pièges à rêve d’une taille importante. Idem pour l’oreiller.
Dessin jusqu’à 11 h.
Au marché je discute un long moment avec un apiculteur de Saint-Pierre-Bellevue, village du plateau de Millevaches, en Corrèze. Choisis sur ses conseils un pot de miel de printemps, puis achète des cartes postales au tabac La Civette.
Le 26 rue pasteur où se trouve ma chambre est au pied d’une colline importante, parcourue de rues immobiles fortement en pente, bordées de maisons et de jardins. La rue des mûriers se termine dans le ciel. C’est ma vigie.
Vent d’ouest modéré avec une avancée de barres nuageuses rectilignes. Beau contraste de lumière sur les forêts de conifères et de feuillus environnantes…
Reçois sur mon téléphone une tête/avatar espiègle, chaussée d’un béret rouge sur fond mauve. « — Autoportrait. Bises. Agnès ».
Monte à mon rendez-vous au lac de Courtille avec deux personnes et leurs enfants. Nous nous asseyons sous un grand chêne.
Ciel et lac solubles comme une ardoise qui serait poreuse au vent.
Les deux fillettes sont sages et attentives. Après la performance, nous avons une discussion positive et animée sur le devenir de Guéret, et établissant un parallèle entre la vallée de la Creuse et celle de la Meuse, en Lorraine.
Au retour — l’oiseau/soldat sur l’autoroute devait être une buse variable.

Thomas Lanfranchi
Cube de nuages
, Guéret