vendredi 16 avril, 7 h 35, -2°

Navet, caricature optimiste, gouailleuse, abrégée intemporelle de lavis et de plume, dessinée par Victor Hugo.

9 h, avant mon départ pour la Quincaillerie, une demi-heure d’Allemand/Assimil, comme souvent le matin depuis environ une année. Ce petit livre/méthode me permet de renouer et de me surprendre dans une langue, oubliée en grande partie, depuis la fin de mes études. J’ai déjà parlé de cette chapelle, mais où ?
Le matin elle m’avait dit en passant qu’elle viendrait.
À 19 h elle est devant la Quincaillerie, comme dit.
Robe et châles fleuris, yeux cernés de noir, rieurs et agréables sur une peau de neige, bavardages gais est intenses qui s’éparpillent comme une volée de moineaux.
Lieu dit Braconne à l’abri du vent, elle m’aide à faire un carré/base autour d’un jeune érable que nous prenons pour centre.
Nous nous asseyons.
Énorme nuage au-dessus de nous, suivi de son poisson-pilote.
Elle se lève et commence à danser en silence de manière lente et syncopée, reproduisant l’envol d’un oiseau, avec beaucoup de style. Après avoir tourné un grand moment, elle me salue comme au théâtre et disparaît, continuant sa danse en direction de la départementale d’Aubusson…
— Comment t’appelles-tu ?
— Navet, je suis l’amie de Gavroche.

Thomas Lanfranchi
Cube de nuages
, Guéret

un projet soutenu par le réseau ASTRE
arts plastiques & visuels en Nouvelle-Aquitaine