vendredi 23, 6 h 30. 23°

Sur l’aire d’envol, odeur de fiente de poules, de viscères et de poissons séchés. Le ptérodactyle étend ses ailes au soleil et d’un bon se lance dans le vide. À l’est, bruissantes volutes de fumée chargées de scories, une odeur sourde de soufre et de pierre ponce emplit l’air. Ouest, projection de pierres en fusion et marmites explosives sur une savane arborée. Les coulées orthodoxes de lave sirupeuse envahissent la vallée. Pas lourds et gauches de reptiles en fuite, vacarme d’écailles froissées, d’euphorbes et de fougères en flammes.
10 h. Prends une photo/téléphone du dessin de civette au mur du tabac du même nom.
Nuage de pierre et civette/tic-tac. Grégoire Lavigne m’envoie une image d’une fleur de montagne.
Fritillaire de la vallée d’Aspe, me répond-il.
Rendez-vous/interview du matin avec une jeune reporter d’une radio locale.
Passons une heure assis dans l’herbe à échanger nos ondes…
Grand ciel bleu, entre-nous pas un nuage.
En revenant de la performance, au pied d’un platane où se trouve un nid de corneilles, plusieurs coquilles blanches d’œufs de taille moyenne.
Finis Vox, dessin de Marie l’Égyptienne nue, cachée par ses longs cheveux et un masque en feuilles de chêne/bleu. Le soir, rapide passage au pré de Braconne.
Dernier soleil. Dans un ciel mauve plane un grand oiseau.
« Une cigogne » me disent deux passants.
Non, c’est bien plus grand… Ses ailes de souris, lisses et immobiles filent comme du cuir, c’est un ptérodactyle.
Le nuage fossile n’aura pas lieu.

Thomas Lanfranchi
Cube de nuages
, Guéret

un projet soutenu par le réseau ASTRE
arts plastiques & visuels en Nouvelle-Aquitaine