dispositif d’int’air’action

Présentation des principes de médiation à travers des dispositifs
Sommaire

Le propos

À l’image des nuages, la simplicité et la légèreté seront les principales qualités des dispositifs de médiation.

Un nuage est un phénomène visible, mais il est toujours en mouvement et peut se diluer dans les éléments qui le constituent.
Il peut transporter du sable, des poussières, colorer le ciel, occulter le soleil, persister en suspension sous forme de vapeur d’eau ou de gouttelettes qui s’infiltreront sous terre, pour remonter par les feuillages, par évapotranspiration.
Les nuages appartiennent à un système climatique en résonance avec le relief terrestre (orographie, géographie) et les cycles cosmiques (marées, saisons, ères).

Un nuage, est composé d’eau, d’air, d’énergie, de particules invisibles solides ou vivantes comme des bactéries.

Il évolue dans l’atmosphère, cette couche gazeuse qui enveloppe le globe terrestre où les nuages glissent à la surface des paysages et façonnent des climats.

Ses contours mouvants le rendent propice à des fantasmagories.

Concevoir un dispositif de médiation autour des nuages nécessite de faire un choix sur la dimension que l’on veut rendre perceptible.

L’enjeu d’un tel dispositif est de souligner une caractéristique ou un questionnement sur le ciel.

La documentation réunie dans ce site vous propose de parcourir les principales dimensions des nuages et de leur environnement, pour vous offrir des pistes de recherche et d’interprétation.

Un nuage est une composante du ciel, il évolue dans l’atmosphère. L’atmosphère est une donnée physique, mais ce sont aussi des sensations, des impressions, un contexte, un territoire, un paysage, une ambiance, une culture, ce qui parvient à nos sens et fait sens.

Les nuages sont un bien commun, mais le cloud est un espace privatisé et marchandisé.

L’analogie entre espace céleste et dématérialisation dans le cloud entretient l’illusion que le ciel, comme l’espace numérique, sont des entités virtuelles.

Or, le réchauffement climatique indique que le ciel est un commun délaissé, pendant que le cloud est en passe de devenir une extension artificielle de l’être humain. Ces deux entités n’ont rien de virtuel.

Le vocabulaire et les symboles utilisés par l’économie digitale empruntent à l’air ses qualités. Ils entretiennent l’idée que la transparence de l’air, sur lequel reposent les nuages, est du même ordre que l’invisibilité des structures qui donnent accès aux services du web. Cette similarité est avancée comme preuve que notre ignorance des opérations sous-jacentes qui s’exécutent dans le nuages, témoigne du fonctionnement optimal du système. Si nous accédons et partageons de la donnée de façon intuitive et même à notre insu, alors la vie en ligne se confond sans heurts avec notre ligne de vie. 

Comment rendre tangibles ces aller-retours entre ciel et cloud ?


retour au sommaire


Le design

Le projet mobilise au moins trois types de recherches :
  • Conception d’objets de médiation pouvant être petits, légers, précaires, ingénieux, amusants, poétiques.
  • intégration avec des supports de communication.
  • Prise en compte des facilités de transport (taille, poids, préhensibilité).

Médiums, canaux de perception

La vue ;
L’ouie (les différents sons qui parcourent l’air ambiant) ;
L’odorat (les odeurs sont portées par les mouvements de l’air) ;
Le goût (varie en fonction des saisons) ;
Le toucher (l’eau, le vent, les températures, l’humidité…).

Les instruments

Le musée des nuages propose aux étudiants de considérer ce dispositif dans plusieurs de ses dimensions :

  1. Les instruments de sensibilisation aux phénomènes météorologiques.
    Du matériel expérimental à inventer ou à réinventer, rend visibles des propriétés de l’atmosphère (température, humidité, vent, pression…). Il nous sensibilisera à notre temps, à l’air ambiant,dans lequel nous évoluons et qui agit dans tous les domaines du sensible.
    L’histoire de la météorologie est à ce titre une grande pourvoyeuse d’inspiration.
    Les appareils de mesures, parfois rudimentaires, souvent très imaginatifs, inventés par les scientifiques étudient les dimensions du climat dans leur diversité.
    La grenouille qui annonçait le beau temps dans les locaux de la Maison de la radio, le cyanomètre de Saussure qui mesurait les variations du bleu du ciel, ou le somptueux prédicateur de tempêtes de George Merryweather sont des exemples édifiants de la poésie des sciences.
    Si la météorologie est une discipline de la physique de l’atmosphère, gardons à l’esprit que les nuages sont aussi la forme observable de la physique des rêves.
  2. Les contraintes de transport (par exemple un violoncelle n’est pas accepté par la Sncf). La légèreté, pour la présentation des instruments et leur mise en interaction avec le public, les passants-visiteurs.
  3. Des éléments de communication rendant intelligibles les composants du dispositif et facilitant la communication et la médiation. Un laissez-passer nominatif sera remis à chaque participant.

retour au sommaire


Quelques exemples de sujets

Les échelles de grandeur

Comment se représenter les différentes couches de l’atmosphère, leur proportions ?

Les flux, les courants qui ont une influence sur le climat

Les courants atmosphériques, les courants océaniques

Les nuages

Les différents types de nuages

L’air

Le vent, l’ensoleillement, la lumière

Les sensations

Ressentir l’air, le vent

La température, l’humidité, les odeurs

L’invisible, le ténu

Les ondes sonores

Les électromagnétiques

Le temps, les cycles circadiens, les saisons…

Le ciel imaginaire

La rêverie

L’au-delà

Les mythes

Les œuvres d’art en rapport avec le ciel

Les pareidolies

L’observation

Les couleurs du ciel

Le ciel dans le paysages

Ceux qui habitent le ciel

Les oiseaux, les insectes, les virus

Ceux qui traversent le ciel

Les astres, comètes, météorites, satellites, avions, missiles

Matérialité, immatérialité

La légèreté, la transparence,

l’imprécis et le mouvant,

la classification des nuages,
systèmes discrets et structures invisibles

le poids des nuages,
les fluides et les flux, le poids du cloud


retour au sommaire



Pour déposer et consulter
des documents de travail en partage
c’est ici
:


Contact : Sylvain Soussan 06 83 85 33 90
accueil@museedesnuages.fr


Logo climats artistiques